2021 - PORTES OUVERTES d'OCTOBRE

                                          PORTES OUVERTES 2021 - le 17 OCTOBRE

Cette année, nous optons pour une nouvelle formule de portes ouvertes.
Elles se dérouleront en 5 étapes, afin de pouvoir apprécier le jardin au fil des saisons.

La cinquième, se déroulera le dimanche 17 octobre, de 10 à 18hre.

 

 

FR

2021 - PORTES OUVERTES de SEPTEMBRE

                                           PORTES OUVERTES 2021 - le 12 SEPTEMBRE

Cette année, nous optons pour une nouvelle formule de portes ouvertes.
Elles se dérouleront en 5 étapes, afin de pouvoir apprécier le jardin au fil des saisons.

La quatrième, se déroulera le dimanche 12 septembre, de 10 à 18hre.

 

 

FR

2021 - PORTES OUVERTES de JUIN

                                           PORTES OUVERTES 2021 - le 13 JUIN

 

Cette année, nous optons pour une nouvelle formule de portes ouvertes.
Elles se dérouleront en 5 étapes, afin de pouvoir apprécier le jardin au fil des saisons.

La troisième, se déroulera le dimanche 13 juin, de 10 à 18hre.

 

FR

2021 - PORTES OUVERTES de MAI

                                         PORTES OUVERTES 2021 - Le 23 mai

 Cette année, nous optons pour une nouvelle formule de portes ouvertes.
Elles se dérouleront en 5 étapes, afin de pouvoir apprécier le jardin au fil des saisons.

La deuxième se déroulera le dimanche 2 mai, de 10 à 18hre.

 

FR

2021 - PORTES OUVERTES de MARS

                                           PORTES OUVERTES 2021 - le 28 MARS

Cette année, nous optons pour une nouvelle formule de portes ouvertes.
Elles se dérouleront en 5 étapes, afin de pouvoir apprécier le jardin au fil des saisons.

La première, se déroulera le dimanche 28 mars, de 10 à 18hre.

 

 

FR

Continuation of THE GINKGO BILOBA - unpredictable and sustainable 1/2

 

On the horticultural scene

On its arrival in Europe, the Ginkgo presents an interest mainly linked to its exoticism, its rarity and its botanical strangeness. It is, then, mainly cloned by cuttings. The only possible sowing is seed imported from Asia and it is worth its weight in gold, or ecu. In France, England and elsewhere in Europe, many trees are therefore male, identical to those of Utrecht, Kew, or Montpellier.

 

In 1814, a Swiss botanist, Augustin Pyrame de Candolle, informed that a female subject was listed near Geneva, in a private arboretum, that of Mr. Paul Gaussen de Chapeaurouge, on his property in Bourdigny. This tree, acquired in 1790, annually carries unfertilized eggs. In 1830, two branches of this Swiss tree were grafted in France, on young rootstocks. From then on, female branches will be taken and grafted directly onto old male subjects from various botanical gardens, including that of Montpellier or Leiden in the Netherlands.

This technique, which is spreading, guarantees the fertilization of the eggs. We therefore find this curiosity almost everywhere, notably at the University of Padua, or in Vienna, in the area of ​​Schönbrunn Palace.

This is also how it is easy to see that the female branches form their leaves, later than the male supporting foot, and are still green while all those of the tree take on their autumn color.

Despite this enormous longevity and its resistance to any test, the craze for the horticultural varieties of maidenhair is very recent. Twenty years ago, only a few varieties were known, listed and multiplied.
Since then, interest has grown, and new discoveries have multiplied over the years. In August 2010, Heidi Dieck, from the Herrenkamper Gärten nursery in Germany, described more or less 200 distinct varieties in her book 'Ginkgo, das Sortenbuch'. Many varieties are still little observed and described, this work is almost the only "recent" referencing.

More and more horticulturalists are falling in love with it, and attractive new varieties are blooming all over Europe, North America, but also in China. Funny thing, we see that the vast majority of new Chinese selections are females, while in the West, it is more the males that are popular. You just have to understand that Asians, fond of pits, consider it more like a fruit tree, beyond its symbolic aspect.

Today, our list of Ginkgo varieties reaches 400 references, excluding synonyms.

The ginkgo is a plant, from a horticultural point of view, particularly unstable. Fixing a variety and keeping some, over the seasons, all of its characteristics are rather random. To believe that this old 'owl' adapts and changes to the slightest climatic or environmental variation. Moreover, the same plant can have several different foliage forms or branches behaving in a completely heterogeneous manner. His own way of going through time and history.

In cultivation, moreover, it is better to let the Ginkgo fend for itself. Pampering your Ginkgo trees by dint of fertilizer, or under ideal conditions, causes them to lose their desirable characteristics. On the contrary, it is preferable to slow down their growth, in particular to preserve the variegated character of certain varieties. It is advisable to prune them, formwork, as roots. For older specimens, in the ground, a few spring spades in the ground, around the circumference of their roots, help to slow down.

Adding fertilizer systematically results in large, beautiful green to bluish leaves. If this turns out to be interesting for varieties like 'Jade Butterfly', 'Jagged Jade', 'Mascia, or' Select Wit ', selected for their very beautiful large green or blue leaves, it should also be avoided. for fastigiated varieties, like 'Blagon', 'Obelisk' or even 'Denise' which is particularly narrow. The fattening promotes the appearance of sturdy, rather horizontal side branches, which risks disfiguring the slender figures.

We have noticed that a potted Ginkgo grows little, if at all. He simply adapts to his living conditions. A Ginkgo plant can therefore easily find its place on a balcony and never become bulky.

When planting in the ground, it is essential to break up the root ball and free the hair from the roots. It is also necessary to make a large hole of random shape (especially not cylindrical) and loosen the soil around the foot as much as possible. Without these precautions, it will take longer for your Ginkgo to realize that it is no longer in its pot and start its normal growth. The roots must be allowed to extend their course naturally. It is very often observed that a freshly planted Ginkgo can take several years before it starts to grow. Following these last tips should reduce that lethargy time.

 

 

40 varieties of Ginkgo

 

40 SHADES OF GREENS

‘All Gold’


The absolute dream. The only selection with yellow foliage all year round.
It buds yellow green and stays very yellow all summer. In the fall the leaves tend to curl and turn pale yellow.

 

‘Boleslow Chrobry’


Here a late summer leaf.
Butterfly-shaped with two well-spaced lobes, the leaves turn a sea-blue tint at the end of the season. The juvenile leaves are more whole and quite green.

 

‘Bernheim Arboretum’


A practically round sheet of 2 cut lobes.
This miniature form has a compact and irregular habit with small, round leaves. Its fall color is vibrant.

 

‘BZN’


With rather olive green foliage, its twigs are twisted.
Small, slow growing tree with random habit. The leaves are also thick and curled up.

 

‘Clica’ 


The leaves of this variety are particularly crumpled.
Small, slow growing tree with irrgular shape. The leaves are a beautiful bright green.

 

‘Freak’


Deep green, the leaves are particularly indented and very irregular.
Slow growing, the branches are horizontal to vertical.

 

‘Golden Girl’


Very nice selection with well-defined leaves and a very light green hue. They are regularly drooping, bringing an elegant touch.
Its growth is slow and regular.

 

‘Jagged Jade’


Without doubt one of the bluest Ginkgos. The color darkens as the season progresses to become creepy.
This rather shrubby variety can reach a few meters.

 

‘Kopista’


Dwarf variety with a rounded shape.
The leaves are polymorphic, entire, cut or atrophied. A beautiful emerald green, this is a male selection.

 

‘Little Joe’


Ginkgo with particularly small leaves, 2cm maximum.
This miniature Ginkgo grows in a small column. From year to year it varies from olive green to bluish green.

 

40 VARIEGATED VARIATIONS

‘Beijing Gold’


One of the most original variegation, in longitudinal spots rather than streaky.
This Ginkgo is completely white to creamy. The contrast of the variegation appears throughout the season.

 

‘Californian Sunset’


Variegated version of ‘Saratoga’.
The leaves are drooping, narrow, triangular and longitudinally streaked with yellow. The variegation is stable, on a rather erect tree. Robust growth.

 

‘Françoise’


This new belgian selection of Ginkgo is not yet on the market.
Its color gradient, from green to white, is particularly dazzling.

 

‘Löver’


The leaves of this Ginkgo are irregularly edged creamy white.
This characteristic is more or less marked from year to year.

 

'Majestic Butterfly’


Variety with variegated leaves of blue and yellow, sometimes green, but also cream.
Unfortunately this character is very unstable and can get lost.

 

‘PV4 Variegata’


The cream variegation of this Ginkgo is very original and sometimes offers broad light bands.
The leaf, in a semi-circle, is beautiful and regular.

 

‘Montezuma’


Very stable variegated variety.
The leaf in large irregular fan offers variations of yellow and green very interesting. Rather fastigiated port.

 

‘Peve Lobo’


Pretty wavy fan leaves, generously variegated with yellow and dark green, very contrasting.

 

‘Snow Cloud’


Variety introduced in the early 2010s, a delicate combination between 'Beijing Gold' and 'Löver'.
Very thin twigs, very slow growth, the leaves adopt the variegated mix of its two parents.

 

‘Sport Tit’


Mutation of the 'Tit' variety with original leaves, green, white, or shared between these two colors.

 

40 DIFFERENT MANNERS

‘Baldii’


Miniature selection with a fairly dense habit.
The leaves are generally small, jagged and irregular. The crown appears in a flattened ball. Stem grafted or not.

 

‘Fastigiata’


Particularly narrow and tall, this Ginkgo is a strong signal in any garden.
Most of its branches are vertical. It grows up to 15m.

 

‘Globus’


Variety with a dense and compact ball habit, reaching 1.5m to 2m in diameter.
The leaves are round and generous.

 

‘Horizontalis’


Ginkgo with a particularly broad crown, presenting mainly horizontal branches.
The graft point can be performed at different heights.

 

‘Kathinka’


Selection recently introduced to the market. Globular and very small version in a dense and regular ball.
Annual growth of 2 to 4cm.

 

‘Nutans Pendula’


Very interesting weeping version of Ginkgo with beautiful arching and drooping branches.
The leaves are polymorphic.

 

‘Obelisk’


Ginkgo with erect to ovoid habit. Its crown becomes denser with maturity. Its growth is slow. Height from 1 to 2m.
It remains a small tree easy to place in any garden.

 

‘Mariken’


This dwarf Ginkgo grows in a largely flattened ball, compact and dense.
Its autumn color is particularly strong.

 

‘Jeosaphat’


Miniature variety, its growth is extremely slow.
Its habit is rather erect, with a dense crown. The leaves are small and round.

 

‘Pendula Selection’


Selection with upright main trunk and drooping branches and leaves.
Particular silhouette that does not take up space in the garden.

 

40 LEAF METAMORPHOSES

‘Mayfield’


With its leaf in a perfect semi-circle, whole, this Ginkgo is undoubtedly the most regular in its intense green foliage.
The fall color is more lime green.

 

‘Mephisto’


Selection of Ginkgo with deeply cut leaves.
This shrubby variety, with a random habit, presents a very beautiful aerial green foliage.

 

‘Mutation’


New variety of Ginkgo with very large leaves of 8 to 10cm, particularly cut.

 

‘Saratoga’


Selection of Ginkgo with leaves in narrow triangles, gracefully drooping.
Its growth is moderate, it forms a very pretty little tree ideal for all gardens.

 

‘Tubifolia’


The majority of the leaves of this variety curl up on themselves and form having small inverted cones, providing an attractive structure.

 

40 GOLDEN SHADES

‘Dr Gerd Krüssmann’


Very nice selection with buttery yellow leaves in autumn.
Slow growing, it forms a pretty, very decorative bush.

 

‘Hayanari’


Old Chinese selection, with a beautiful gradual autumnal coloring.
It turns very intense yellow at the heart of the season.

 

‘Late Fall Gold’


Ginkgo variety with a spectacular golden yellow color in autumn.
The leaves stay on the plant for a long time which gives it additional appeal.

 

‘Princeton Sentry’


Very nice selection with beautiful golden foliage in autumn.
Its growth is robust and its port well branched.

 

‘Yellow Dragon’


Variegated varieties do not really color in fall, the leaves turn brown and drop.
This selection is however particularly attractive in autumn, when the green of the leaves turns golden yellow.

 

Suite de LE GINKGO BILOBA - imprévisible et durable 1/2

 

Sur la scène horticole

A son arrivée en Europe, le Ginkgo présente un intérêt principalement lié à son exotisme, sa rareté et son étrangeté botanique. Il est, alors, principalement cloné par bouturage. Les seuls semis possibles, le sont de graines importées d’Asie et cela vaut son pesant d’or, ou d’écu. En France, en Angleterre et ailleurs en Europe, beaucoup d’arbres sont dès lors de sexe mâle, identiques à ceux d’Utrecht, de Kew, ou de Montpellier.

 

En 1814, un botaniste Suisse, Augustin Pyrame de Candolle, informe qu’un sujet femelle est répertorié près de  Genève, dans un arboretum privé, celui de M. Paul Gaussen de Chapeaurouge, dans sa propriété de Bourdigny. Cet arbre, acquis en 1790, porte annuellement des ovules non fécondés.  En 1830, deux branches de cet arbre suisse sont greffées en France, sur de jeunes porte-greffes. Dès lors, des branches femelles seront prélevées et greffées directement sur les vieux sujets mâles de différents jardins botaniques, dont celui de Montpellier ou de Leiden aux Pays-Bas.

Cette technique, qui se répand, garantit la fécondation des ovules. On rencontre, dès lors, cette curiosité un peu partout, notamment à l’université de Padoue, ou encore à Vienne, dans le domaine du château de Schönbrunn.

C’est également de cette façon que l’on constate aisément que les branches femelles forment leurs feuilles, plus tardivement que le pied porteur mâle, et sont encore vertes alors que toutes celles de l’arbre prennent leur couleur d’automne.

Malgré  cette énorme longévité et sa résistance à toute épreuve, l'engouement pour les variétés horticoles de l'arbre aux quarante écus est très récent. Il y a une vingtaine d'année, seuls quelques variétés étaient connues, répertoriées et multipliées.
Depuis, l'intérêt va croissant, et les nouvelles découvertes se multiplient au fil des années. En Août 2010, Heidi Dieck, de la pépinière Herrenkamper Gärten en Allemagne, décrit plus ou moins 200 variétés distinctes dans son ouvrage 'Ginkgo, das Sortenbuch'. Beaucoup de variétés étant encore peu observées et décrites, cet ouvrage est quasi le seul référencement « récent ».

De plus en plus d’horticulteurs s’en éprennent, et de nouvelles variétés attractives fleurissent aux quatre coins de l’Europe, du nord de l’Amérique, mais aussi en Chine. Point amusant, on constate que la grande majorité des nouvelles sélections chinoises sont des femelles, alors qu’en occident, ce sont plutôt les mâles qui ont la cote. Il faut simplement comprendre que les asiatiques, friands des noyaux, le considèrent plutôt comme un arbre fruitier, au-delà de son aspect symbolique.

Aujourd’hui, notre liste de variétés de Ginkgo atteint les 400 références, hors synonymes.

Le ginkgo est une plante, d'un point de vue horticole, particulièrement instable. Fixer une variété et en garder, au fil des saisons, l'entièreté de ses caractéristiques est plutôt aléatoire. A croire que ce vieil 'hibou' s’adapte et se modifie à la moindre variation climatique ou environnementale. D'ailleurs une même plante peut présenter plusieurs formes de feuillages différentes ou des branches se comportant de façon totalement hétérogène. Sa façon à lui de traverser le temps et l'histoire.

En culture, d’ailleurs, il est préférable de laisser le Ginkgo se débrouiller. Choyer ses Ginkgos à force d’engrais, ou de conditions idéales, leur font perdre de leurs caractéristiques pourtant recherchées. Au contraire, il est préférable de ralentir leur croissance, notamment pour conserver le caractère panaché de certaines variétés. Il est conseillé de les tailler, banches, comme racines. Pour les sujets plus vieux, en pleine terre, quelques coups de bêche printaniers, dans le sol, dans la circonférence de leurs racines, aident à ce ralentissement.

L’apport d’engrais donne systématiquement de belles grandes feuilles bien vertes à bleutées. Si cela s’avère intéressant pour des variétés comme le ‘Jade Butterfly’, le ‘Jagged Jade’, le ‘Mascia, ou le ‘Select Wit’, sélectionnés pour leurs très belles grandes feuilles vertes ou bleues, il faut l’éviter aussi pour des variétés fastigiées, comme ‘Blagon’,  ‘Obelisk’ ou encore ‘Denise’ qui est particulièrement étroit. L’engraissage favorise l’apparition de branches latérales robustes, plutôt horizontales, ce qui risque de défigurer les silhouettes élancées.

Nous avons remarqué qu’un Ginkgo en pot pousse peu, voire pas du tout. Il s’adapte simplement à ses conditions de vie. Un pied de Ginkgo peut donc facilement trouver sa place sur un balcon et ne jamais devenir encombrant.

Lors de la plantation en pleine terre, il est primordial de défaire la motte et de libérer le chevelu des racines. Il faut aussi réaliser un large trou de forme aléatoire (surtout pas cylindrique) et ameublir un maximum la terre autour du pied. Sans ces précautions, il faudra plus de temps à votre Ginkgo pour se rendre compte qu’il n’est plus dans son pot et démarrer sa croissance normale. Il faut permettre aux racines d’étendre naturellement leur parcours. On constate, très souvent, qu’un Ginkgo fraichement planté, peut prendre plusieurs années, avant de commencer à pousser. Suivre ces derniers conseils devrait réduire ce temps de léthargie.

 

 

Quarante variétés de Ginkgo

 

40 NUANCES DE VERTS

‘All Gold’


Le rêve absolu. La seule sélection au feuillage jaune toute l’année.
Il débourre jaune vert et reste bien jaune tout l’été. A l’automne les feuilles ont tendance à s’enrouler et deviennent jaune pâle.

 

‘Boleslow Chrobry’


Ici une feuille de fin d’été.
En forme papillon aux deux lobes bien écartés, les feuilles se teintent de bleu glauque en fin de saison. Les feuilles juvéniles sont plus entières et bien vertes.

 

‘Bernheim Arboretum’


Une feuille pratiquement ronde de 2 lobes découpés.
Cette forme miniature présente un port compact et irrégulier avec de petites feuilles tout en rondeur. Sa couleur d’automne est éclatante.

 

‘BZN’


Au feuillage plutôt vert olive, Ses rameaux sont tortueux.
Petit arbre à croissance lente et port aléatoire. Les feuilles sont aussi épaisses et recroquevillées.

 

‘Clica’

Les feuilles de cette variété sont particulièrement chiffonnées.
Petit arbre à croissance lente et port aléatoire. Les feuilles sont d’un beau vert vif.

 

‘Freak’


D’un vert profond, les feuilles sont particulièrement découpées et très irrégulière.
De croissance lente, les branches sont horizontales à verticales.

 

‘Golden Girl’


Très belle sélection aux feuilles bien dessinées et à la teinte verte très claire. Elles sont régulièrement tombantes, apportant une touche élégante.
Sa croissance est lente et régulière.

 

‘Jagged Jade’


Sans doute un des Ginkgos les plus bleus. La couleur s’assombrit au fil de la saison pour devenir glauque.
Cette variété, plutôt arbustive, peut atteindre quelques mètres.

 

‘Kopista’


Variété naine au port boule.
Les feuilles sont polymorphes, entières, découpées ou atrophiées. D’un beau vert émeraude, il s'agit d’une sélection mâle.

 

‘Little Joe’


Ginkgo aux feuilles particulièrement petites, 2cm maximum.
Ce Ginkgo miniature pousse en petite colonne. D’une année à l’autre il varie du vert olive au vert bleuté.

 

40 VARIATIONS PANACHEES

‘Beijing Gold’


Une des panachures les plus originales, en taches longitudinales plutôt que strié.
Ce Ginkgo débourre complètement blanc à crème. Le contraste de la panachure apparait au fil de la saison.

 

‘Californian Sunset’


Version panachée du ‘Saratoga’.
Les feuilles sont tombantes, étroites, triangulaires et longitudinalement striée de jaune. La panachure est stable, sur un arbre plutôt érigé. Croissance robuste.

 

‘Françoise’


Cette nouvelle sélection belge de Ginkgo n’est pas encore commercialisée.
Son dégradé de couleur, du vert au blanc, est particulièrement éblouissant.

 

‘Löver’


Les feuilles de ce Ginkgo sont marginées irrégulièrement de blanc crème. 
Cette caractéristique est plus ou moins marquée d’une année à l’autre.

 

'Majestic Butterfly’


Variété aux feuilles panachées de bleu et de jaune, parfois de vert, mais aussi de crème.
Malheureusement ce caractère est très instable et peu se perdre.

 

‘PV4 Variegata’


La panachure en crème de ce Ginkgo est très originale et propose parfois de larges bandes claires.
La feuille, en demi cercle est belle et régulière.

 

‘Montezuma’


Variété panachée très stable.
La feuille en large éventail irrégulier propose des variations de jaune et de vert très intéressant. Port plutôt fastigié.

 

‘Peve Lobo’


Jolies feuilles en éventail ondulé, panachées généreusement de jaune et de vert foncé, très contrasté.

 

‘Snow Cloud’


Variété introduite au début des années 2010, coisement délicat entre le 'Beijing Gold' et le 'Löver'.
Rameaux très fins, croissance très lente, les feuilles adoptent le mixe des panachures de ses deux parents.

 

‘Sport Tit’


Mutation de la variété 'Tit' aux feuilles originales, vertes, blanches, ou partagées entre ces deux couleurs.

 

40 ALLURES DIFFERENTES

‘Baldii’


Sélection miniature au port assez dense.
Les feuilles sont généralement petites, découpées et irrégulières. La couronne se présente en boule aplatie. Greffé sur tige ou non.

 

‘Fastigiata’


Particulièrement étroit et haut, ce Ginkgo constitue un signal fort dans n’importe quel jardin.
La plupart de ses branches sont verticales. Il pousse jusque 15m.

 

‘Globus’


Variété au port boule dense et compact, pouvant atteindre 1,5m à 2m de diamètre.
​Les feuilles sont rondes et généreuses.

 

‘Horizontalis’


Ginkgo à la couronne particulièrement étalée, présentant principalement des branches horizontales.
Le point de greffe peut être réalisé à différentes hauteurs.

 

‘Kathinka’


Sélection récemment introduite sur le marché. Version globuleuse et très petite en boule dense et régulière.
Croissance annuelle de 2 à 4cm.

 

‘Nutans Pendula’


Version pleureuse du Ginkgo très intéressantes avec de belles branches arquées et retombantes.
Les feuilles sont polymorphes.

 

‘Obelisk’


Ginkgo au port érigé à ovoïde. Sa couronne se densifie avec la maturité. Sa croissance est lente. Hauteur de 1 à 2m.
Il reste un petit arbre facile à placer dans tous les jardins.

 

‘Mariken’


Ce Ginkgo nain se développe en boule largement aplatie, compacte et dense.
Sa couleur d’automne est particulièrement soutenue.

 

‘Jeosaphat’


Variété miniature, sa croissance est extrêmement lente.
Son port est plutôt érigé, à la couronne dense. Les feuilles sont petites et rondes.

 

‘Pendula Selection’


Sélection au tronc principal dressé et branches et feuilles retombantes.
Silhouette particulière qui ne prend pas de place au jardin.

 

40 METAMORPHOSES DE FEUILLES

‘Mayfield’


Avec sa feuille en parfait demi cercle, entière, ce Ginkgo est incontestablement le plus régulier dans son feuillage vert intense.
La couleur d’automne est plutôt citron vert.

 

‘Mephisto’


Sélection de Ginkgo à la feuille profondément  découpée.
Cette variété arbustive, au port aléatoire, présente un très beau feuillage vert aérien.

 

‘Mutation’


Nouvelle variété de Ginkgo aux très grandes feuilles de 8 à 10cm, particulièrement découpées.

 

‘Saratoga’


Sélection de Ginkgo aux feuilles en triangles étroits, retombantes de façon gracieuse.
Sa croissance est modérée, il forme un très joli petit arbre idéal pour tous les jardins.

 

‘Tubifolia’


La majorité des feuilles de cette variété s'enroulent sur elles mêmes et forment aurant de petits cônes inversés, apportant une structure attractive.

 

40 NUANCES D'OR

‘Dr Gerd Krüssmann’


Très belle sélection aux feuilles jaune beurre en automne.
De croissance lente, il forme un joli buisson très décoratif.

 

‘Hayanari’


Vielle sélection chinoise, présentant une belle coloration graduelle automnale.
Il devient jaune très intense au cœur de la saison.

 

‘Late Fall Gold’


Variété de Ginkgo à la couleur spectaculaire jaune or en automne.
Les feuilles restent longtemps sur la plante ce qui lui confère un attrait supplémentaire.

 

‘Princeton Sentry’


Très belle sélection au beau feuillage doré en automne.
Sa croissance est robuste et son port bine ramifié.

 

‘Yellow Dragon’


Les variétés panachées ne colorent pas réellement, les feuilles brunissent et tombent.
Cette sélection est pourtant particulièrement attractive à l'automne, lorsque le vert des feuilles devient jaune or.

In the last quarter of 2018, in the magazine 'Hommes et Plantes' N ° 107, our article was published dealing with Ginkgos. Here we deliver the original full article, which was then adapted for publication in the CCVS journal.

The tree with forty crowns, forty questions, forty virtues.
By Bénédicte NICOLAS - Les Jardins du Florilège

 

Ginkgo biloba is an ancestral plant. It appears at the time of the dinosaurs, in the Jurassic, 170 million years ago. We know of fossil examples throughout the northern hemisphere.
Currently, there remains a pocket of these living specimens in China, having also resisted the massive fragmentation of land and intensive agriculture that appeared in the 1950s.
In 2012 botanists proved and attested that these subjects are present in the natural state and have never been planted by man.

Intriguing in more ways than one, Ginkgo seems to be close to conifers. Although its appearance might suggest otherwise since it is not really conical in shape, especially with age, and it bears deciduous leaves, not evergreen needles. However, it is part of the group of gymnosperm anemophilous plants, such as conifers.
Wind-pollinated plants are pollinated by the wind, not by insects, as are entomophilous plants. Gymnosperm plants do not produce flowers or fruit because their reproductive organs appear completely bare.

 

 

Zoom on its morphological peculiarities

 

Generally the Ginkgo has an erect habit, a single trunk that can measure up to 2m in diameter, is branched by strong oblique or horizontal branches. The smaller twigs offer clusters of leaves. It can reach 30m high, under the best conditions.

 

This plant, close to conifers, has "leaves" rather than needles or scales like the vast majority of its cronies. It is deciduous, a characteristic that is also a minority in this plant group, shared by the Larix, Pseudolarix, Metasequoia and Taxodium.

If we look more closely at its leaves, we find that they are fundamentally different from those of a tree or shrub, or even a perennial. They are not "veined" in the same way.

It is, in reality, a juxtaposition of several needles, glued in a fan, united on the same petiole. So it could well be a conifer with thorns or an "evolved" form. With this device, the Ginkgo performs photosynthesis much better.

 

Another unique characteristic specific to this plant genus is the formation of "Chi-Chi", taken from Japanese, meaning "udders".

 

These are drooping growths, similar to aerial roots, formed on the bark of old trunks. They usually appear when the nutrient supply conditions are not sufficient.
The tree increases its bark surface, in order to increase the number of sensors therein and thus recover as much of the substances necessary for its development as possible. "It literally melts and flows its bark, like wax down a candle."

It also adapts its behavior when growing branches. Some return vertically to the soil, to take root there, and pump more water and nutrients the plant needs.

 

 

Classification of Ginkgo

 

Finally, is Ginkgo, yes or no, a conifer?

If we want to be precise and follow the scientific classification meticulously, the answer is no.
If we want to popularize information, and classify this plant among the classic "trees, shrubs, conifers, perennials, climbing plants, ..." the answer could be yes, because it is, indeed, with this class that it has the more in common.

In reality, the Ginkgo is a free electron, the only surviving representative of a class that has almost completely disappeared. Ginkgo is therefore a Ginkgo, and nothing else.

Not all scientific currents are of the same opinion and the classification tables differ from one movement, or one research group, to another. In addition, over the course of discoveries, certainties replace hypotheses, sometimes contradicting them. The task therefore remains difficult.
But let's try to see more clearly and understand why we tend to "store" Ginkgo with conifers.

The plant kingdom is subdivided into several orders, classes, etc. The distribution is mainly made on the observation, made by scientists, of the reproductive organs: flowers, fruits, seeds.

Here is a very simplified table that more or less agrees with everyone.
It tries to follow the phylogenetic classification (Established by Willi Hennig, a German biologist, in 1950. It spreads in Europe, over the translations, in the decades that follow, to be mainly recognized today, even if it does still debate).

 

Ginkgo, indisputably, is one of the Gymnosperms. It does not produce a flower and its reproductive, sexual organs are "bare seeds". Male inflorescences are hanging clusters of open scales containing pollen (like conifers). They dry up and fall off once the pollen is released. The female inflorescences boil down to a biovular petiole.

Conifers are also part of this group, but you could say that the similarity ends here.

Let us dissect this branch of Gymnosperms, by this other table, very simplified, but also heckled.

The different arrow systems (orange, blue or green) show the possible sub-branches, on the basis of separate observations. Sometimes, Ginkgo observes similarities with Cycas, sometimes with conifers. Thus, some botanists prefer to distinguish them completely, since it also has fundamental differences with these other two groups. Our purpose is not to take sides or to point out similarities or differences. What we can say, taking this qualification into account, is that Ginkgo is not a tree, like oak or maple would be. For short, and some will agree with this statement, Ginkgo "is close" to conifers.

 

 

To each his gender

 

Ginkgo is an agame plant, or dioecious. There are therefore two kinds: male or female. In nature, the proportion is 3 females for 2 males.

 

It is difficult to differentiate males from females, with the naked eye, except by the appearance of the first inflorescences, ie after 20 years.

Among gymnosperm plants, we do not speak of fruit. Here, the female reproductive organ, the ovum, consists of a nucleus, the nucellus, protected by a membrane, or a differentiated protective tissue, the integument. The female inflorescences, for their part, are made up of simple, green, biovulated peduncles that appear in the axils of the leaves. They merge, moreover, very easily with the leaves, when breaking.

Female subjects have the reputation for "smelling bad".

This happens, indeed, for a short time, when the egg falls to the ground, while its integument is breaking down.

It is the butanoic acid, contained in the latter, that is released and gives off this rancid smell. The concern becomes major, mainly with mature subjects, often over 30 years old. Until then, it is quite attractive to be able to enjoy the magnificence of a Ginkgo, male or female, in your garden. If necessary, the complete harvest of ripe eggs will solve the problem and may delight a horticultural producer.

In Japan, it is also called "the tree of the grandfather and the grandson" because the one who plants it never sees it "bear fruit". When planted, it becomes, according to legend, the promise of an immortal line.

Male plants, on the other hand, bear cones, or rather pendulous cylindrical catkins, at the end of short branches, similar to those of other conifer families.
As the first reproductive organs usually appear on mature plants, it is rather uncertain whether to rely on any speech to buy a young male or female plant from a seedling. We must prefer a grafted or cuttings subject, for which it is easy to trace the origin.

 

An index could however help in the recognition of individuals, but remains unreliable.
The males shed their leaves a fortnight earlier than the females and they are more pyramidal and slender in shape. We could then identify subjects who are nearby, under identical conditions.

 

Uncommon longevity

 

Appeared on earth in the dawn of time, the Ginkgo, today, is a monotypic genus, the only survivor of the Ginkgoaceae family. 270 million years ago, this family was 18 rich. Since then it has shrunk deeply, and only the Ginkgo has come to us.

It is considered, in Europe, as a “living fossil”. For a long time, it was known only in fossil form. It is, perhaps incorrectly, estimated that it has not changed for 51 million years. Jurassic fossils show differences, such as multilobed leaves, while the more recent ones show leaves close to the Ginkgo we know today, with marked two lobes or almost full. However, if we closely study Ginkgo trees from the same seedling, we may find these differences from one subject to another. For example, the 'Landliebe' or 'Mephisto' varieties have multilobed leaves reminiscent of those of the oldest fossils found. These varieties were selected from seedlings.

The primary natural forest where we meet Ginkgos, is located in the Dalou mountains, whose highest point flirts with 2,250m, in the province of Guizhou, in southwest China. The climate is subtropical, hot and humid; limestone soil. It sometimes grows in difficult conditions, even on rock, on the mountainside.
Besides 'Ginkgo biloba', these fragments of primary forest contain beautiful samples of different plants in the wild and original, such as Metasequoia, Liquidambar, Cunninghamia, Cornus, Davidia, Glyptostrobus, Keteleeria, Taiwania, Nyssa, Carya, and many others.
We meet Ginkgo trees from 350 to 900 years old, or even up to 1250 years old, to make the oldest oaks or Sequoiadendron on the planet pale.

Around temples, in China and Japan, it is not uncommon to encounter ancient subjects that are thousands of years old. This is the case at the Gu Guanyin Buddhist Temple in the Zhongnan Mountains of China, where an impressive 1400-year-old Ginkgo tree blooms in the courtyard. It draws crowds from all over the country in autumn with its carpet of gold leaves by the thousand; a Chinese way to celebrate autumn.

In fact, Ginkgo has been planted by monks since the years 1.100 BC. They appreciate it for its beautiful aesthetic and medicinal qualities; but above all, the legends lend it a protective role.

 

 

Foolproof resistance

Natural attacks :

In its original forest, the environment is hostile, punctuated by outcropping limestone rocks and subject to recurring earthquakes. It is regularly encountered on the side of a crevasse, growing directly on the rock, exposed to full sun.
When injured, he changes his metabolism in order to survive. This is how he especially develops "chi-chi", aerial roots. These growths are erroneously associated with the age of the tree, but they are not. It is a mode of survival and appears only, possibly, when the subject is put in danger.
It can also develop several trunks, side by side, in order to draw more resources from even very poor soil.

It willingly changes the orientation of its branches or the development of its leaves. It is thus that on the same subject, one meets main branches as well vertical as horizontal, even oblique, or leaves of several types: tubular, atrophied, plane, whole or multilobed.

 

It suffices to observe the different subjects of Ginkgo biloba 'Pendula’ from the botanical garden of Nancy in France, all from the same selection. They offer very different ports.

  

 

It resists better, than any other plant, to fungi, diseases and parasites. Naturally, Ginkgo detects, via numerous sensors, its potentially dangerous unwanted substances, and produces the chemicals necessary to eradicate them. It is by wanting to feed on the leaves or other parts of the plant that the parasites ingest the fatal substances. The signal is given and therefore, very few risk "consuming" Ginkgo.

In addition, Ginkgo knows how to ally itself with effective partners. A French pharmacologist from Tours has discovered that ginkgo leaves are partially covered with an archaic form of algae, which takes over photosynthesis when the very cells of the leaves are destroyed. This process allows the tree to survive, gives it the ability to last until the next season and to form new leaves.

 

Human attacks :

Le Ginkgo biloba s'adapte à tout, même à la pollution de nos villes modernes, atmosphère dans laquelle il continue à se développer parfaitement, alors que beaucoup d'autres arbres ou arbustes affichent une grise mine.

C'est aussi le premier arbre à reprendre son cycle végétatif, en 1946, après l'explosion nucléaire à Hiroshima ; alors que 337 autres espèces d’arbre n’y résistent pas. Un sujet emblématique est retrouvé parfaitement sein à 1km de l'épicentre, adossé aux ruines d'un temple. Le temple a été reconstruit autour de ce survivant. Des études ont suivi cet événement, démontrant la grande résistance de cette espèce, aux radiations. Les traces de contaminations étant les plus faibles chez le Ginkgo.

Il résiste également très bien au feu. Il sécrète une forme de caoutchouc, qui enveloppe l’entièreté de son écorce, et l’empêche ainsi de brûler. Un temple japonais, a survécu en 1923 à un incendie. Il était protégé par un alignement de Ginkgo qui a arrêté la progression du feu.

 

 

Le Ginkgo et ses vertus

 

5000-year-old traditional Chinese medicine uses it by consuming its roasted or boiled egg nuclei and dried leaves as an infusion. It lends it many virtues deduced from its observed characteristics, such as resistance or longevity.

By extrapolation we give it multiple powers:

  • Antioxidant effects (It would slow down the formation of cancer cells and the production of inflammatory molecules),
  • It would improve blood circulation (Blood fluidity would reduce the risk of stroke, as well as migraines, since the brain would be better supplied with water),
  • It would promote breathing and improve immunity (It would therefore fight asthma),
  • It would improve hearing qualities and prevent tinnitus,
  • It would improve neuronal connections and therefore memory (it would block the formation of enzymes responsible for Alzheimer's disease).

Even though scientific studies show that its potential is real, isolating and using active substances remains a headache.

In the 20th century, ginkgolides were extracted, in particular from the leaves, to introduce them into pharmaceutical compositions, thus being able to respond to a growing number of pathologies specific to modern man. The real problem is that we are not sure of anything yet. A plant like ginkgo contains more than 10,000 active substances and we are a long way from knowing them, from being able to extract them and even less from using them wisely. To treat oneself with the fruits or the leaves of Ginkgo remains largely empirical and difficult to control.

Extracting ginkgolides is an industrial process, involving many dangerous products such as acetone or ethanol: They are then eliminated before being incorporated into preparations, but still.

It could still be said today, as it was a long time ago, that the strength of the mind is much greater than that of the body. By keeping in mind all the symbolism of the tree, and by absorbing its substances, we will certainly be better off spiritually.

 

In Europe

 

 

Ginkgo biloba was discovered around 1690 by Englebert Kaempfer, a German botanist, who gives a first scientific description in his book "Amoenitatum exoticarum 'in 1712. He proposes the name Ginkgo on the basis of his Japanese name" Gin Yyo "which means "Duck leg" next to the shape of its leaf.

 

The Chinese call it "Yin (silver) Hing (Apricot)" from which one of its French appellations is derived: the silver apricot. It is more commonly known, in french, as the "40 crown tree", the exorbitant amount spent by a wealthy collector in Paris, M. de Pétigny, around 1780, to obtain a jar of five of these subjects. It is also found, by extrapolation, under the name of "tree of a thousand crowns", in reference to the carpet of gold leaf, which can be seen at its foot in autumn.

 

The "Pagoda tree" is still used to name it.

Buddhist monks planted these revered trees around their temples and pagodas to keep out the fire. In the 19th century, it was called "Japanese walnut".

The first tree was planted in Europe in Utrecht, in the "Oude Hortus", in 1735, from a seedling made in 1927, at the university itself. It appeared in 1754, in England, where it was cultivated at the Gordon School of Botany, and then planted at Kew Garden in 1762.

In 1771, Linnaeus, in his binomial nomenclature, added the genus 'biloba' in reference to its generally and particularly bilobed leaves. This name has been officially recognized since and the exact name is "Ginkgo biloba L.", L. referring to Karl von Linné himself, this eminent Swedish botanist.

The first Ginkgo in France is the one planted in 1788, 3 rue du Carré-du-Roi in Montpellier. It was Antoine Gouan, botanical assistant at the city's academy, who received him from Auguste Broussonnet, a prominent local scientist and politician, based in London. This is a gift from Sir Joseph Banks, a British naturalist who takes part in James Cook's first voyage around the world. Several layers were extracted from this tree in 1795. One was offered to the botanical gardens of Montpellier and another to Paris. These male trees produced their first cones in 1812, which made it possible to determine their genus.

These trees are still alive.

In 1794, England saw its first Ginkgo "bloom" and in 1876 Darwin spoke of them as "living fossils".

 

 

 

____________________________________________________________________________________________________________________

An attempt at a census of the oldest Ginkgos in Europe in the 18th century.

NL-Utrect – De oude Hortus – 1735 – Male <sown in 1727 from Asia (1st Ginkgo in Europe)

B- Geetbets – 37 Dorpsstraat next to the church - 1753 - female <seedlings from Asia - 20.5m

I – Padoue – Botanical Garden of the University of Padua - North gate - 1750 - male with a female branch grafted <seedlings from Asia

D – Weinheim – Schlosspark – 1758 – 20m.

GB- London - Kew Garden – 1762 – Male <sowing in 1754 from Asia

B - Château de Dumon in Tournai – 1766 – 31m

I – Milan – Botanic Garden di Brera – 1775 – 21m

A - Schönbrunn – 1781 - male with a female branch grafted <Foot received from Asia via England

I – Pise – Botanical Garden of Pisa - 1787 - male <seedling from Asia - planted by Giorgio Santi, botanist naturalist.

NL- Leiden – Hortus botanicus – 1788 – male with a female branch grafted

F - Montpellier – 3 rue du carré du roi – 1788 – male <Foot received from Asia via England (GBfr1)

CH - Genève – Bourdigny – 1790 – female <Foot received from Asia via England and France, sent by Thomas Blackie (landscape gardener in charge of Bagatelle castle) GBsu1- presumed dead - not listed on the tree map of Geneva.

F - Montpellier – Jardin des plantes – 1795 – male with a grafted female branch (GBsu1) <GBfr1 layering

F- Paris – jardin des plantes – 1795 – male <GBfr1 layering

 

Bibliography

Cindy Q. Tang  « The  Subtropical  Vegetation of Southwestern China, Plant Distribution, Diversity and Ecology » , Springer 2015.

Gymnosperm (naked seeds plant) : structure and development par V.P. Singh

the first botanical gardens in geneva - studies in the history of gardens and designed landscapes: sigrist & bungener

Bibliothèque universelle de Genève Nouvelle série, volumes 5 et 6- Bulletin scientifique - Sur l’origine des pieds de Ginkgo femelles qui existent en Europe1836

Defense Mechanisms in Leaves and Fruit of Trees to Fungal Infection - J. E. Adaskaveg

Ginkgo et ginseng: de la poudre aux yeux ! – RTS TV

Au dernier trimestre 2018, dans la revue 'Hommes et Plantes' N°107, est paru notre article traitant des Ginkgos. Nous vous livrons ici l'article complet original, qui a ensuite été adapté pour paraitre dans la revue du CCVS.

L’arbre aux quarante écus, aux quarante questions, aux quarante vertus.
Par Bénédicte NICOLAS – Les jardins du Florilège

 

Le ginkgo biloba est une plante ancestrale. Elle apparait à l'époque des dinosaures, au Jurassique, il y a 170 millions d'années. On en connait des exemples fossiles dans tout l'hémisphère nord.
Actuellement, il persiste une poche de ces spécimens vivants, en Chine, ayant résisté aussi au morcellement massif des terres et à l'agriculture intensive apparue dans les années 50.
En 2012 des botanistes ont prouvé et attesté que ces sujets sont présents à l'état naturel et n'ont jamais été plantés par l'homme.

Intrigant à plus d'un titre, le Ginkgo semble être proche des conifères. Même si son apparence pourrait laisser penser le contraire puisqu’il n’est pas vraiment de forme conique, surtout avec l’âge, et qu’il porte des feuilles caduques et non des épines persistantes. Il fait pourtant partie du groupe des plantes anémophiles gymnospermes, comme les conifères.
Les plantes anémophiles sont pollinisées par le vent, et non par les insectes, comme le sont les plantes entomophiles. Les plantes gymnospermes ne font pas de fleur ou de fruit car leurs organes reproducteurs se présentent complètement dénudés.

 

 

Zoom sur ses particularités morphologiques.

 

Généralement le Ginkgo a un port érigé, un tronc unique pouvant mesurer jusqu'à 2m de diamètre, est ramifié par de fortes branches obliques ou horizontales. Les rameaux plus petits offrent des bouquets de feuilles. Il peut atteindre 30m de haut, dans les meilleures conditions.

 

Cette plante, proche des conifères, a des "feuilles" plutôt que des aiguilles ou des écailles comme la toute grande majorité de ses compères. Il est caduc, caractéristique également minoritaire dans ce groupe végétal, partagée par les Larix, Pseudolarix, Metasequoia et Taxodium.

Si on observe, de façon plus précise, ses feuilles, on découvre qu'elles sont fondamentalement différentes de celles d'un arbre ou d'un arbuste, ou même d'une vivace. Elles ne sont pas « veinées » de la même façon.

 Il s'agit, en réalité, d'une juxtaposition de plusieurs aiguilles, collées en éventail, unies sur un même pétiole. Il pourrait donc bien s'agir d'un conifère à épines ou une forme « évoluée ». Avec ce dispositif, le Ginkgo pratique bien mieux la photosynthèse.

 

Une autre caractéristique unique et propre à ce genre végétal est la formation de « Chi-Chi », repris du japonais, signifiant « mamelles ».

 

Il s’agit d’excroissances tombantes, assimilées à des racines aériennes, formées à même l’écorce des vieux troncs. Elles apparaissent, en général, lorsque les conditions d’apport nutritif ne sont pas suffisantes.
L’arbre augmente sa surface d’écorce, afin d’augmenter le nombre de capteurs qui s’y trouvent et ainsi récupérer un maximum de substances nécessaires à son développement. « Il fait littéralement fondre et couler son écorce, comme la cire le long d’un cierge ».

Il adapte également son comportement, lors de la croissance des branches. Certaines retournent verticalement vers le sol, pour s’y enraciner, et pomper d’avantage d’eau et de nutriments dont la plante a besoin.

 

 

Classification du Ginkgo

 

Finalement, le Ginkgo, est-il, oui ou non, un conifère ?

Si on veut être précis et suivre pointilleusement la classification scientifique, la réponse est non.
Si on souhaite vulgariser l’information, et classer cette plante parmi les classiques « arbres, arbustes, conifère, vivaces, plantes grimpantes, …» la réponse pourrait être oui, car c’est, effectivement, avec cette classe qu’il a le plus de points communs.

En réalité, le Ginkgo est un électron libre, unique représentant survivant d’une classe qui a presque complètement disparu. Le Ginkgo est donc un Ginkgo, et rien d’autre.

Tous les courants scientifiques ne sont pas toujours du même avis et les tableaux de classification divergent d’un mouvement, ou d’un groupe de recherche, à l’autre. De plus, au fil des découvertes, des certitudes remplacent des hypothèses, parfois en les contredisant. La tâche reste donc ardue.
Mais essayons d’y voir plus clair et de comprendre pourquoi on a tendance à « ranger » le Ginkgo avec les conifères.

Le règne végétal est subdivisé en plusieurs ordres, classes, etc… La répartition se fait principalement sur l’observation, que font les scientifiques, des organes reproducteurs : fleurs, fruits, graines.

Voici un tableau, très simplifié, qui met, plus ou moins, tout le monde d’accord.
Il essaye de suivre la classification phylogénétique (Etablie par Willi Hennig, un biologiste Allemand, en 1950. Elle se répand, en Europe, au fil des traductions, dans les décennies qui suivent, pour être majoritairement reconnue aujourd’hui, même si elle fait encore débat).

 

Le Ginkgo, indiscutablement, fait partie des Gymnospermes. Il ne produit pas de fleur et ses organes reproducteurs, sexués, sont des « graines dénudées ». Les inflorescences mâles sont des grappes pendantes d’écailles ouvertes contenant le pollen (comme les conifères). Elles sèchent et tombent une fois le pollen libéré. Les inflorescences femelles se résument à un pétiole biovulaire.

Les conifères font également partie de ce groupe, mais on pourrait dire que la similitude s’arrête ici.

Décortiquons cet embranchement des Gymnospermes, par cet autre tableau, très simplifié, mais aussi chahuté.

 

Les différents systèmes fléchés (orange, bleu ou vert) montrent les sous-embranchements possibles, sur base d’observations distinctes. Tantôt, le Ginkgo observe des similitudes avec les Cycas, tantôt avec les conifères. Ainsi, certains botanistes préfèrent les distinguer complètement, car il présente aussi des différences fondamentales avec ces deux autres groupes. L’objet qui nous occupe n’est pas de prendre parti ou de préciser les similitudes ou différences. Ce que nous pouvons affirmer, en tenant compte de cette qualification, c’est que le Ginkgo n’est pas un arbre, comme le serait le chêne ou l’érable. Par raccourci, et certains seront d’accord avec cette affirmation, le Ginkgo « est proche » des conifères.

 

 

A chacun son genre

 

Le Ginkgo est une plante agame, ou dioïque. On en rencontre donc des deux genres : mâle ou femelle. Dans la nature, la proportion est de 3 femelles pour 2 mâles.

 

Il est difficile de différencier les sujets mâles des femelles, à l'œil nu, si ce n'est par l’apparition des premières inflorescences, soit après 20ans.

Parmi les plantes gymnospermes, on ne parle pas de fruit. Ici, l’organe reproducteur femelle, l’ovule, est constitué d’un noyau, le nucelle, protégé par une membrane, ou un tissu différencié protecteur, le tégument. Les inflorescences femelles, quand à elles, sont constituées de simples pédoncules biovulés, verts, qui apparaissent à l’aisselle des feuilles. Elles se confondent, d’ailleurs, très facilement, avec les feuilles, au débourrage.

Les sujets femelles ont la mauvaise réputation de « sentir mauvais ».

Cela se produit, effectivement, pendant une courte période, lorsque l’ovule tombe par terre, alors que son tégument se décompose.

C’est l’acide butanoïque, contenu dans ce dernier, qui se libère et dégage cette odeur de rance. Le souci devient majeur, principalement avec des sujets d’âge mûr, souvent plus de 30 ans. D’ici là, il est plutôt attrayant de pouvoir profiter de la magnificence d’un Ginkgo, mâle ou femelle, dans son jardin. Le cas échéant, la récolte complète des ovules mûrs résoudra le souci et pourra ravir un producteur horticole.

Au Japon, on l’appelle aussi « l’arbre du grand-père et du petit fils », car celui qui le plante ne le voit jamais « fructifier ». Lorsqu’il est planté, il devient, d’après la légende, la promesse d’une lignée immortelle.

 

Les sujets mâles, quant à eux, portent des cônes, ou plutôt des chatons cylindriques pendants, à l’extrémité des rameaux courts, semblables à ceux des autres familles de conifères.
Les premiers organes reproducteurs apparaissant généralement sur des plantes matures, il est plutôt incertain de se fier à un quelconque discours, pour acheter un jeune plant mâle ou femelle, issu d’un semis. Il faut y préférer un sujet greffé ou bouturé, pour lequel il est aisé de tracer l’origine.

 

Un indice pourrait cependant aider dans la reconnaissance des individus, mais reste peu fiable.
Les mâles perdent leur feuilles une quinzaine de jours plus tôt que les femelles et ils sont de forme plus pyramidale et élancée. On pourrait alors identifier des sujets qui se trouvent à proximité, dans des conditions identiques.

 

 

Une longévité peu commune

 

Apparu sur terre dans la nuit des temps, le Ginkgo, aujourd'hui, est un genre monotypique, seul survivant de la famille des Ginkgoaceae. Il y a 270 millions d’années, cette famille était riche de 18 membres. Depuis, elle s’est profondément réduite, et seul le Ginkgo est arrivé jusqu’à nous.

Il est considéré, en Europe, comme un « fossile vivant ».  Longtemps, il a été connu sous forme fossile uniquement. On estime, peut-être à tord, qu’il n’a plus évolué depuis 51 millions d’années. Les fossiles du jurassique montrent des différences, comme des feuilles multilobées alors que les plus récents présentent des feuilles proches du Ginkgo que nous connaissons aujourd’hui, à deux lobes marqués ou presqu’entière. Pourtant, si on étudie de près les Ginkgos issus d’un même semis, On retrouve, éventuellement, ces différences d’un sujet à l’autre. Par exemple, les variétés ‘Landliebe’ ou ‘Mephisto’ présentent des feuilles multilobées qui rappellent celles des plus vieux fossiles trouvés.  Ces variétés ont été sélectionnées dans des semis.

La forêt naturelle primaire où on rencontre des Ginkgos, se situe dans les monts Dalou, dont le point culminant flirte avec les 2.250m, dans la province de Guizhou, au sud ouest de la Chine. Le climat y est subtropical, chaud et humide ; le sol calcaire. Il pousse parfois dans des conditions difficiles, à même la roche, à flanc de montagne.
Outre les ‘Ginkgo biloba’, ces fragments de forêt primaire recèlent de beaux échantillons de plantes différentes à l'état sauvage et originel, comme les Metasequoia, Liquidambar, Cunninghamia, Cornus, Davidia, Glyptostrobus, Keteleeria, Taiwania, Nyssa, Carya, et bien d’autres.
On y rencontre des Ginkgos de 350 à 900 ans, voire même jusqu’à 1250 ans, à faire pâlir les plus vieux chênes ou Sequoiadendron de la planète.

Autour des temples, en Chine et au Japon, il n’est pas rare de rencontrer des vieux sujets millénaires. C’est le cas au Temple bouddhiste Gu Guanyin dans les Monts Zhongnan en Chine, où un impressionnant Ginkgo de 1400 ans s’épanouit dans la cour. Il attire les foules du pays entier, en automne, avec son tapis de feuilles d’or par millier ; une façon chinoise de fêter l’automne.

En réalité, le Ginkgo est planté, par les moines, depuis les années 1.100 avant Jésus-Christ. Ils l’apprécient pour ses belles qualités esthétiques, et médicinales ; mais surtout, les légendes lui prêtent un rôle protecteur.

 

 

Une résistance à toute épreuve

Attaques naturelles :

Dans sa forêt originelle, l'environnement est hostile, ponctué de roches calcaires affleurantes et soumis à des séismes récurrents. On le rencontre régulièrement à flanc de crevasse, poussant à même la roche, exposé en plein soleil.
Lorsqu'il est blessé, il modifie son métabolisme afin de survivre. C'est ainsi qu'il développe notamment les "chi-chi", des racines aériennes. Ces excroissances sont, de façon erronée, associées à l'âge de l'arbre, mais il n'en est rien. Il s'agit d'un mode de survie et apparait uniquement, éventuellement, lorsque le sujet est mis en péril.
Il peut également développer plusieurs troncs, côte à côte, afin de puiser davantage de ressources dans un sol même très pauvre.

Il modifie volontiers l'orientation de ses branches ou le développement de ses feuilles. C'est ainsi que sur un même sujet, on rencontre des branches maitresses aussi bien verticales qu'horizontales, voire obliques, ou des feuilles de plusieurs types : tubulaires, atrophiées, planes, entières ou multilobées.

 

Il suffit d’observer les différents sujets de Ginkgo biloba ‘Pendula’ du jardin botanique de Nancy, tous issus de la même sélection. Ils proposent des ports bien différents.

  

 

Il résiste mieux, que toute autre plante, aux champignons, maladies et parasites. Naturellement, le Ginkgo détecte, via de nombreux capteurs, ses indésirables potentiellement dangereux, et produit les substances chimiques nécessaires à les éradiquer. C’est en voulant se nourrir des feuilles ou d’autres parties de la plante, que les parasites ingurgitent les substances fatales. Le signal est donné et dès lors, très peu se risquent à « consommer » du Ginkgo.

De plus, le Ginkgo sait s’allier de partenaires efficaces. Une pharmacologue française de Tours a découvert, que les feuilles de ginkgo, sont partiellement recouvertes d’une forme d’algue archaïque, qui prendrait le relais de la photosynthèse, lorsque les cellules même des feuilles sont détruites. Ce processus permet ainsi la survie de l’arbre, lui donne la possibilité de tenir jusqu’à la saison suivante et de former de nouvelles feuilles.

 

Attaques humaines :

Le Ginkgo biloba s'adapte à tout, même à la pollution de nos villes modernes, atmosphère dans laquelle il continue à se développer parfaitement, alors que beaucoup d'autres arbres ou arbustes affichent une grise mine.

C'est aussi le premier arbre à reprendre son cycle végétatif, en 1946, après l'explosion nucléaire à Hiroshima ; alors que 337 autres espèces d’arbre n’y résistent pas. Un sujet emblématique est retrouvé parfaitement sein à 1km de l'épicentre, adossé aux ruines d'un temple. Le temple a été reconstruit autour de ce survivant. Des études ont suivi cet événement, démontrant la grande résistance de cette espèce, aux radiations. Les traces de contaminations étant les plus faibles chez le Ginkgo.

Il résiste également très bien au feu. Il sécrète une forme de caoutchouc, qui enveloppe l’entièreté de son écorce, et l’empêche ainsi de brûler. Un temple japonais, a survécu en 1923 à un incendie. Il était protégé par un alignement de Ginkgo qui a arrêté la progression du feu.

 

 

Le Ginkgo et ses vertus

 

La médecine traditionnelle chinoise, vieille de 5000 ans, l’utilise en consommant ses noyaux ovulaires grillés ou bouillis et ses feuilles séchées en infusion. Elle lui prête de nombreuses vertus déduites de ses caractéristiques observées, telles que la résistance ou la longévité.

Par extrapolation on lui confère de multiples pouvoirs :

  • Des effets antioxydants (Il ralentirait la formation de cellules cancéreuses et la production de molécules inflammatoires),
  • Il améliorerait la circulation sanguine (La fluidité sanguine réduirait le risque d’AVC, ainsi que les migraines, puisque le cerveau serait mieux irrigué),
  • Il favoriserait la respiration et améliorerait l’immunité (Il combattrait donc l’asthme),
  • Il améliorerait les qualités auditives et préviendrait les acouphènes,
  • Il améliorerait les connexions neuronales et donc la mémoire (il bloquerait la formation des enzymes responsables de la maladie d’Alzheimer).

Même si des études scientifiques montrent que son potentiel est réel, isoler et utiliser les substances actives reste un casse tête.

Au XXème siècle on extrait les ginkgolides, notamment des feuilles, pour les introduire dans les compositions pharmaceutiques, pouvant ainsi répondre à un nombre croissant de pathologies propres à l’homme moderne. La réelle problématique, est que nous ne sommes encore certains de rien. Une plante comme le ginkgo contient plus de 10 000 substances actives et nous sommes bien loin de les connaitre, de pouvoir les extraire et encore moins de les utiliser à bon escient. Se soigner par les fruits ou par les feuilles de Ginkgo demeure largement empirique et difficilement contrôlable.

Extraire les ginkgolides relève d’un processus industriel, mettant en scène de nombreux produits dangereux comme l’acétone ou l’éthanol : Ils sont ensuite éliminés avant de les intégrer dans des préparations,  mais quand même.

On pourrait dire encore aujourd’hui, comme il y a bien longtemps, que la force de l’esprit est bien supérieure à celle du corps. En gardant en tête toute la symbolique de l’arbre, et en absorbant ses substances, on s’en trouvera certainement spirituellement mieux.

 

 

En Europe

 

 

Le Ginkgo biloba a été découvert vers 1690 par Englebert Kaempfer, un botaniste allemand, qui en donne une première description scientifique dans son livre "Amoenitatum exoticarum' en 1712. Il propose le nom Ginkgo sur base de son nom Japonais « Gin Yyo » qui signifie « patte de canard » en regard de la forme de sa feuille.

 

Les Chinois l’appellent « Yin (argent) Hing (Abricot) » d’où est tirée une de ses appellations françaises : l’abricotier d’argent. On l’appelle, plus communément « arbre aux 40 écus », montant  exorbitant  qu’avait dépensé un riche collectionneur de Paris, M. de Pétigny, vers 1780, pour obtenir un pot de cinq de ces sujets. On le rencontre également, par extrapolation, sous le nom d’ « arbre aux mille écus », en référence au tapis de feuille d’or, qu’on peut contempler à son pied, en automne.

 

L’« arbre des Pagodes » est encore utilisé pour le dénommer.

Les moines bouddhistes plantaient ces arbres vénérés autour de leurs temples et pagodes, afin d’écarter le feu. Au XIXème siècle, on l’appelait « noyer du Japon ».

Le premier arbre est planté en Europe à Utrecht, dans le « Oude Hortus », en 1735, d’un semis réalisé en 1927, à l’université même. Il apparait en 1754, en Angleterre, où il est cultivé à l’école botanique Gordon, et ensuite planté à Kew Garden en 1762.

En 1771, Linné, dans sa nomenclature binominale ajoute le genre 'biloba' en référence à ses feuilles généralement et particulièrement bilobées. Ce nom est officiellement reconnu depuis et l'appellation exacte est "Ginkgo biloba L.", L. référant à Karl von Linné lui-même, cet éminent botaniste suédois.

Le premier Ginkgo en France, est celui planté en 1788, 3 rue du Carré-du-roi à Montpellier. C’est Antoine Gouan, adjoint en botanique à l’académie de la ville, qui le reçoit d’Auguste Broussonnet, un éminent scientifique et politicien local, installé à Londres. Il s’agit d’un présent offert par Sir Joseph Banks, un naturaliste britannique qui participe au premier voyage autour du monde de James Cook. De cet arbre, sont extraites plusieurs marcottes, en 1795. Une est offerte aux jardins des plantes de Montpellier et une autre à celui de Paris.  Ces arbres mâles produisent leurs premiers cônes en 1812, ce qui permet de déterminer leur genre.

Ces arbres sont toujours vivants.

En 1794, l'Angleterre voit « fleurir » son premier Ginkgo et en 1876 Darwin parle d'eux en "fossiles vivants".

 

 

 

____________________________________________________________________________________________________________________

Essai d’un recensement des plus vieux Ginkgos d’Europe au XVIIIème siècle.

NL-Utrect – De oude Hortus – 1735 – Mâle < semis en 1727 en provenance d’Asie (1er Ginkgo d’Europe)

I – Padoue – Jardin botanique de l’Université de Padoue- porte Nord – 1750 - mâle avec une branche femelle greffée< semis en provenance d’Asie

B- Geetbets – 37 Dorpsstraat à côté de l’église – 1753 – femelle < semis en provenance d’Asie – 20,5m

D – Weinheim – Schlosspark – 1758 – 20m de haut.

GB- Londres - Kew Garden – 1762 – Mâle < semis en 1754 en provenance d’Asie

B - Château de Dumon à Tournai – 1766 – 31m

I – Milan – Jardin botanique di Brera – 1775 – 21m

A - Schönbrunn – 1781 - mâle avec une branche femelle greffée < Pied reçu d’Asie via l’Angleterre

I – Pise – Jardin botanique de Pise – 1787 – mâle < semis en provenance d’Asie – planté par Giorgio Santi, naturaliste botaniste.

NL- Leiden – Hortus botanicus – 1788 – mâle avec une branche femelle greffée

F - Montpellier – 3 rue du carré du roi – 1788 – mâle < Pied reçu d’Asie via l’Angleterre (GBfr1)

CH - Genève – Bourdigny – 1790 – femelle < Pied reçu d’Asie via l’Angleterre et la France, envoyé par Thomas Blackie (jardinier paysagiste en charge du château de Bagatelle) GBsu1- présumé  mort – non répertorié sur la carte des arbres de Genève.

F - Montpellier – Jardin des plantes – 1795 – mâle avec une branche femelle greffée(GBsu1) < marcotte de GBfr1

F- Paris – jardin des plantes – 1795 – mâle < marcotte de GBfr1

 

Bibliographie

Cindy Q. Tang  « The  Subtropical  Vegetation of Southwestern China, Plant Distribution, Diversity and Ecology » , Springer 2015.

Gymnosperm (naked seeds plant) : structure and development par V.P. Singh

the first botanical gardens in geneva - studies in the history of gardens and designed landscapes: sigrist & bungener

Bibliothèque universelle de Genève Nouvelle série, volumes 5 et 6- Bulletin scientifique - Sur l’origine des pieds de Ginkgo femelles qui existent en Europe1836

Defense Mechanisms in Leaves and Fruit of Trees to Fungal Infection - J. E. Adaskaveg

Ginkgo et ginseng: de la poudre aux yeux ! – RTS TV

Trebah Garden - Cornouailles - Sud Ouest de l'Angleterre

 

Le jardin s'installe dans la vallée de la Helford, rivière (ou fleuve, même si ses dimensions sont minimes) qui se jette à la mer. 10 hectares de plantations subtropicales, servies par les embruns du Golfstream.

 

Cupressus macrocarpa

Le cyprès de Lambert pourrait pratiquement être l'emblème de la région tellement on en rencontre d'énormes sujets spectaculaires, vieux de plusieurs centaines d'années, certainement.

A Trebah, c'est l'un d'entre eux qui nous accueille. Il se découpe en ombre chinoise en étallant sa belle ramure. A s'y méprendre, on pourrait jurer y voir un Cedrus deodara.

 

 

Des plantes exotiques, subtropicales

Dès l'entrée, on retrouve les plantes d'origine étrangère, importées en Angleterre dès le XIXème siècle.

 

Palmiers, fougères arborescentes, Pseudopanax surplombent les typiques murets en pierres sèches. On les retrouve systématiquement dans tous les jardins corniques.

 

Ces murets se déclinent en autant de plantes qu'ils peuvent accueillir: Erigerons, fougères,... proposant des décors autant romantiques que naturels.

  

 

Abutilon 'Orange Hot Lava',  Correa 'Marians Marvel' & Isoplexis canariensis, qu'on peut facilement trouver dans les pépinières Burncoose, pas loin de Truro.

    

 

Une fontaine nous apporte un peu de fraicheur. Il ne fait que 22°C, mais dans les cornouailles, une telle température, en plein soleil, nous donne des impressions de canicule. Elle nous annonce une autre plante particulièrement courrue en Angleterre, la Gunnère et ses feuilles géantes.

 

Un peu d'histoire

C'est en 1838 que Charles Fox s'installe à Trebah et développe le domaine. Agent maritime et manager de la fonderie Perran, sa fonction lui donne accès à une foule de plantes et de graines importées en Angleterre. 

Il organise le jardin du côté sud de la vallée en y approtant de l'ombre afin d'accueillir les nouvelles plantes. Cette vaste ombrière est composée de centaines de Pinus radiata, Quercus ilex pour la partie la plus haute, et de Fagus sylvatica, Fagus sylvatica 'Purpurea' plus bas.

Dessiner la vue vers la mer, depuis la maison, est son passe temps obsessif. Il fait construire une tour aussi haute que la cîme des arbres et fait courir un jeune jardinier nanti d'un drapeau coloré, au fil des flancs de la vallée. Juché en haut de sa tour, équipé d'une longue vue et d'un parlophone, il crie à son jeune apprenti les directions à prendre afin de déterminer les endroits précis pour les nouvelles plantations.

 

Quelques plantes remarquées et remarquables

Echium pininana, on la retrouve partout en cornouailles. Cette énorme bisannuelle se ressème naturellement et nécessite deux ans pour former cette impressionnante hampe florale. Plusieures couleurs existent: bleu ou rose.

  

  

 

Agave geminiflora se caractérise principalement par son feuillage extrêment dense, composé de centaines de feuilles linéraires et généralement rigides. Son hampe florale mesure plusieurs mètres de haut.

  

 

Cyperus eragrostis, le souchet robuste est une graminée aquatique originaire d'Amérique du sud. Sa floraison est très graphique et amusante.

     

 

Dicksonia antarctica, la fougère arborescente est arrivée à Trebah en 1880 avec un arrivage de 3000 troncs en provenance de Nouvelle-Zéélande. Cette matière première était destinée à servir de ballast. Le domaine pu en obtenir 300 pour les planter dans le jardin. Aujourd'hui elle agrémente bon nombre de tableaux au fil de la promenade.

    

 

Les Trachycarpus fortunei de Trebah sont enregistrés comme les arbres champions de Grande-Bretagne avec une hauteur de 14,75m, ils ont au moins 150 ans et font partie des premiers sujets plantés dans le pays. Originaire de Chine, il s'agit sans doute du palmier le plus résistant aux climats plus froids.

 

A Trebah, bon nombre d'abres sont remarquables et le domaine compte pas moins de 10 champions nationaux. Ce Thuya multitroncs n'est pas en reste.

 

Les podocarpus ont aussi la cote avec ces deux beaux sujets: Podocarpus henkelii & Podocarpus salignus

    

 

Depuis sa découverte à l'état vivant en Australie, le Wollemia nobilis trouve sa place dans la plupart des jardins anglais, où le climat se prête parfaitement. L'occasion de jeter un oeil plus attentif à son écorce très particulière.

  

 

En Août, place aux hydrangeas

Dans les années 50s, les hydrangeas s'installent en masse à Trebah Garden. Ils constituent une vaste culture pour la production de fleurs coupées. Elles sont envoyées à Covent Garden par le train de nuit qui transportait régulièrement les fleurs des cornouailles vers la capitale. Aujourd'hui encore, des centaines de têtes florales sont envoyées, chaque années, dans le Derbyshire pour les traditionnelles cérémonies 'bien habillées'.

 

La rivière s'est élargie en un vaste delta bleuté, avant de se jeter à la mer.

 

    

   

 

Et là, dans une alcove délicatement protégée, un banc s'offre aux rayons du soleil.

 

Au début du XX ème siècle, Alice Hext, qui a repris la tête du domaine avec son mari, Charles Hext, grand Shérif des Cornouailles, installe ce pont romantique et l'étang en aval qui accueille poissons et flamands roses.

 

Les tableaux qu'on peut apprécier de ce pont sont sublimes et très différents qu'on regarde en amont ou en aval.

 

L'étang offre un peu de répis aux eaux timides, avant la grande jetée.

 

La plage

C'est en 1987, que le jardin s'ouvre au public. Nous l'avons visité une première fois en 1999 et à cette époque elle n'était pas encore accessible. Avec une belle journée, quel plaisir de découvrir cette magnifique crique, cette plage de très fins galets et cette eau limpide. L'occasion de découvrir la glace des Cornouailles, qui n'a rien à envier aux gelato italiennes. 'Chocolate Mint', 'Orange Mascarpone', 'Clotted Cream Rapsberry' ou 'Belgian Chocolate' !

 

Des sous-bois ?

Qui n'en sont pas vraiment. Les Gunnera manicata profifèrent et apportent fraicheur à ceux qui s'aventurent dessous.


  

 

Et des bambous

Phyllostachys edulis

 

Yushania anceps

  

 

Fargesia yulongshanensis

  

 

Chimonobambusa tumidissinoda

  

 

Les Rhododendrons

Une autre famille largement représentées dans les Cornouailles est celle des Ericaceae avec un nombre important de Rhododendron massifs, volumineux, impressionnants. A Trebah, ils arrivent tôt, car le frère de Charles Fox, Robert, est un grand ami de Joseph Hooker, ce fameux collectionneur de Rhododendron qui deviendra directeur de Kew Gardens.
Il faudra revenir au printemps, en attendant, les feuillages sont aussi très attractifs.

    

 

                                                                                               ***

 

Il n'est pas difficile de passer une journée entière à flaner dans cette vallée domptée d'une main de maître. Au fil des générations et des familles qui se sont succédées, le jardins a pris une telle volupté, qu'il est difficile de s'en lasser.

Aux portes ultimes, on retrouve le plantureux cyprès qui nous offre enfin sa face colorée.

Pages